déshabiller

déshabiller

déshabiller [ dezabije ] v. tr. <conjug. : 1>
• fin XIVe; de dés- et habiller
1Dépouiller (qqn) de ses vêtements. dévêtir. Déshabiller un enfant pour le mettre au lit. Déshabiller qqn du regard, par la pensée. « Il la déshabillait d'un regard connaisseur et sensuel » (Sartre).
Loc. Déshabiller (saint) Pierre pour habiller (saint) Paul : contracter une dette pour s'acquitter d'une autre, déplacer une difficulté pour en résoudre une autre.
2Fig. Mettre à nu. découvrir, démasquer, dévoiler, montrer. « Quelle est l'essentielle fonction du poète comique à l'égard de l'homme ? C'est de le déshabiller » (Faguet).
3SE DÉSHABILLERv. pron. Enlever ses habits. se dévêtir; fam. se désaper. Se déchausser et se déshabiller pour se coucher. Se déshabiller dans une cabine de bain. Se déshabiller sur scène ( effeuillage, strip-tease) .
Spécialt Ôter les vêtements destinés à être portés au dehors (chapeau, manteau, gants, etc.). se défaire. Se déshabiller au vestiaire.
⊗ CONTR. Habiller, rhabiller.

déshabiller verbe transitif Enlever ses vêtements ; dévêtir : Déshabiller un enfant. Laisser à découvert certaines parties du corps ; découvrir : Cette toilette de soirée déshabille le dos. Dégarnir quelque chose de ses ornements, de ses meubles, de son revêtement : Déshabiller un salon, un fauteuil. Littéraire. Mettre quelqu'un à nu, le dévoiler ; le démasquer : Déshabiller un hypocrite. Dégréer un mât, une vergue en ne laissant que les pièces de liaison. ● déshabiller (expressions) verbe transitif Déshabiller quelqu'un du regard, le regarder, de manière indiscrète, en l'imaginant nu. ● déshabiller (synonymes) verbe transitif Enlever ses vêtements ; dévêtir
Synonymes :
- dévêtir
Contraires :
- vêtir
Laisser à découvert certaines parties du corps ; découvrir
Synonymes :
- découvrir
- dénuder
Contraires :
Dégarnir quelque chose de ses ornements, de ses meubles, de son...
Synonymes :
- dégarnir
Contraires :
Littéraire. Mettre quelqu'un à nu, le dévoiler ; le démasquer
Synonymes :
- démasquer

déshabiller
v.
rI./r v. tr.
d1./d Enlever à (qqn) les vêtements qu'il porte. Déshabiller un enfant.
d2./d TECH Enlever le revêtement, les accessoires de.
d3./d Fig. Mettre à nu, à découvert.
rII./r v. Pron.
d1./d Retirer ses vêtements.
d2./d Quitter ses vêtements de ville pour une tenue d'intérieur.

⇒DÉSHABILLER, verbe trans.
A.— Sens concr.
1. [Le compl. désigne une pers.]
a) Retirer à quelqu'un tout ou partie de ses vêtements. Synon. dévêtir, dénuder. Il avait couru le monde (...) déshabillé et rhabillé (...) des femmes vêtues suivant toutes les modes de la terre (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Rendez-vous, 1889, p. 1114) :
1. Ensuite, elle revint et se mit en demeure de déshabiller Paul. Il grognait mais s'abandonnait. Lorsque son aide devenait indispensable, Elisabeth disait : « Lève ta tête, ou lève ta jambe » et « si tu fais le mort, je ne peux pas tirer cette manche. »
COCTEAU, Les Enfants terribles, 1929, p. 37.
Absolument :
2. La poupée est un des plus impérieux besoins et en même temps un des plus charmants instincts de l'enfance féminine. Soigner, vêtir, parer, habiller, déshabiller, rhabiller, enseigner, un peu gronder, bercer, dorloter, endormir, se figurer que quelque chose est quelqu'un, tout l'avenir de la femme est là.
HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 488.
Spéc. Retirer à quelqu'un son manteau ou un vêtement habituellement porté au dehors. Quelques-uns devisaient tout seuls pendant que je les déshabillais (FRAPIÉ, Maternelle, 1904, p. 17).
Loc. proverbiales
Déshabiller du regard. Poser sur quelqu'un (généralement une femme) un regard insistant comme si on voulait la dépouiller de ses vêtements :
3. « Voyez-vous cette fille qui vient à nous?... Voyez-vous comme elle est construite. » Il la déshabille de l'œil avec des mots, la décortique, la présente comme une crevette...
BARRÈS, Mes Cahiers, t. 2, 1898-1902, p. 73.
Déshabiller Saint Pierre pour habiller Saint Paul. S'acquitter d'une dette en en contractant une autre. Grange en était, comme on dit, à déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 143).
P. plaisant. [Le suj. désigne un vêtement] Que tu me plais dans cette robe Qui te déshabille si bien (GAUTIER, Émaux, 1852, p. 53).
b) Emploi pronom. Retirer tout ou partie de ses vêtements. Synon. se dévêtir :
4. Elle se déshabillait brutalement, arrachant le lacet mince de son corset, qui sifflait autour de ses hanches comme une couleuvre qui glisse. Elle allait sur la pointe de ses pieds nus regarder encore une fois si la porte était fermée, puis elle faisait d'un seul geste tomber ensemble tous ses vêtements...
FLAUBERT, Mme Bovary, t. 2, 1857, p. 133.
2. P. anal.
a) BOUCH. [Le compl. désigne un animal] Dépouiller un animal de sa peau. Déshabiller un lièvre. Synon. écorcher. Je l'ai déshabillé [le taureau] tout à l'heure. Je l'ai écorché (GIONO, Batailles ds mont., 1937, p. 234).
b) [Le compl. désigne une chose] Retirer le revêtement, la housse d'un objet, d'un meuble. Il déshabille le violoncelle de sa housse (ARNOUX, Solde, 1958, p. 212). Déshabiller une pièce, un mur. La (le) dépouiller de tout meuble ou de toute décoration.
Emploi poét. Il pleurait un ciel déshabillé de ses oiseaux (SAINT-EXUP., Citad., 1944, p. 834).
Emploi pronom. Des bateaux s'en vont, d'autres rentrent et se déshabillent de leurs voiles (RENARD, Écorn., 1892, p. 170).
B.— Au fig.
1. [Le compl. désigne une pers. ou l'un de ses attributs]
a) Écarter les aspects superflus d'un individu pour découvrir sa véritable nature. Synon. mettre à nu, démasquer. Les femmes ne déguisent leur personne que pour déshabiller plus hardiment leur âme (HUGO, L. Borgia, 1833, p. 64) :
5. L'homme [Louis Bonaparte] une fois déshabillé du succès, le piédestal ôté, la poussière tombée, le clinquant et l'oripeau et le grand sabre détachés, le pauvre petit squelette mis à nu et grelottant, peut-on s'imaginer rien de plus chétif et de plus piteux?
HUGO, Napoléon le Petit, 1852, p. 212.
Emploi pronom. Dévoiler sa propre nature. S'il existe des textes où Gide se déshabille, sans doute son histoire (...) prendra-t-elle un véritable sens humain (COCTEAU, Poés. crit. 1, 1959, p. 219).
b) Péj. Jeter un discrédit sur quelqu'un en énonçant contre lui toutes sortes d'arguments défavorables :
6. Je le disais à Mme Paloque : « Avant de déshabiller les autres, on ferait bien de laver son propre linge sale. » Tant mieux, si elle a pris cela pour elle!
ZOLA, La Conquête de Plassans, 1874, p. 964.
2. [Le compl. désigne une chose] Débarrasser quelque chose de ses éléments superflus. Un objet quelconque apparaîtra comme une chose dès qu'on aura pris soin de le déshabiller des significations trop humaines dont on l'a paré d'abord (SARTRE, Sit. I, 1947, p. 256).
Rem. On rencontre ds la docum. la var. région. pop. (Touraine, Normandie) débiller, verbe trans. Alors il me dit : Débille té. Que j'me débille? Oui, qu'il m'dit (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Vente, 1884, p. 142).
Prononc. et Orth. :[dezabije], (je me) déshabille [dezabij]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. XVe s. soi desabiller (Ren. de Montaub., Ars. 5072, f° 161 r° ds GDF. Compl.); 2e moitié XVe s. desabilliée (Sept Sages, éd. G. Paris, p. 145); 1608 un deshabillé (JOUBERT, La Bibliothèque et le mobilier d'un lieutenant, p. 39). Dér. de habiller; préf. dé(s)-. Fréq. abs. littér. : 702. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 352, b) 1 357; XXe s. : a) 1 660, b) 956. Bbg. QUEM. 2e s. t. 2 1971.

déshabiller [dezabije] v. tr.
ÉTYM. Fin XIVe; de dés- (→ 1. Dé-), et habiller.
1 Dépouiller (qqn) de ses vêtements. Dévêtir; fam. désaper. || Détacher, déboutonner les vêtements de qqn pour le déshabiller. Défaire. || Déshabiller un enfant pour le mettre au lit.
1 Deux demoiselles masquées et un nain masqué (…) le vinrent déshabiller sans savoir de lui s'il avait envie de se coucher (…) le nain le déchaussa ou débotta et puis le déshabilla.
Scarron, le Roman comique, I, IX, p. 35.
1.1 Pendant ce temps on me déshabille, et je deviens la proie des attouchements les plus impudiques.
Sade, Justine…, t. I, p. 131.
Absolument :
1.2 Cependant la modeste Octavie peu faite à de pareils outrages, répand des larmes et se défend. — Déshabillons, déshabillons, dit Antonin, on ne peut rien voir comme cela; il aide à Sévérino et dans l'instant les attraits de la jeune fille paraissent à nos yeux sans voile.
Sade, Justine…, t. I, p. 209.
Déshabiller qqn du regard, le déshabiller par la pensée.
2 (…) Ivich n'était qu'une proie, il la déshabillait d'un regard connaisseur et sensuel (…)
Sartre, l'Âge de raison, XV, p. 259.
Loc. Déshabiller (saint) Pierre pour habiller (saint) Paul : contracter une dette pour s'acquitter d'une autre.
2 Techn. Enlever le revêtement, les accessoires de (qqch.). || Déshabiller un fauteuil. || Déshabiller un mur, une chambre, en ôter la décoration, les meubles. Dégarnir.
Dépouiller un animal de sa peau. Écorcher. || Déshabiller un lapin, un mouton.
3 Fig. Mettre à nu. Découvrir, démasquer, étaler, exhiber, montrer.
3 Où est l'utilité, pour une femme, de déshabiller sa conduite et de la mettre toute nue devant le monde ?
Courteline, Boubouroche, I, 2, p. 122.
4 Quelle est l'essentielle fonction du poète comique à l'égard de l'homme ? C'est de le déshabiller.
Émile Faguet, Études littéraires, XVIIe s., Molière, III, p. 282.
5 (…) cette sorte de désintéressement artistique qui fait que l'écrivain, n'ayant peur ni de terrifier le cerveau moyen ni de contrister tels amis ou tels maîtres, déshabille sa pensée selon la calme impudeur de l'innocence extrême du vice parfait, — ou de la passion.
R. de Gourmont, le Livre des masques, p. 129.
——————
se déshabiller v. pron.
Enlever, retirer ses habits. Dévêtir (se); et aussi déboutonner (se), déculotter (se), dégrafer (se), délacer (se). || Se déchausser et se déshabiller pour se coucher. || Se déshabiller dans une cabine de bain. || Déshabillez-vous jusqu'à la ceinture. || Déshabillez-vous entièrement, complètement. || Se déshabiller pour changer de vêtements.
6 Un de mes amis me mena l'autre jour dans la loge où se déshabillait une des principales actrices.
Montesquieu, Lettres persanes, XXVIII.
7 Que pour te déshabiller
Tes bras se fassent prier.
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Tableaux parisiens », LXXXVIII.
8 Haverkamp se déshabille avec une certaine méthode, vérifiant l'emplacement du portefeuille, des clefs, de la montre (…)
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, VIII, p. 66.
8.1 J'ai cinq ans, j'ai mes gants blancs, elle s'habille, se déshabille, se rhabille, nous sortirons, j'aurai pour mère la femme la plus chic de la ville.
Violette Leduc, la Folie en tête, p. 540.
Enlever les vêtements destinés à être portés au dehors (manteau, gants, etc.). Aise (se mettre à l'aise), découvrir (se), défaire (se). || Déshabillez-vous dans le vestibule. || Se déshabiller au vestiaire avant de pénétrer dans une salle de théâtre.
——————
déshabillé, ée p. p. adj. et n. m.
A Adj.
1 Dépouillé de ses vêtements. Chemise (en), court-vêtu, décolleté, dévêtu, nu. || Il était déjà déshabillé et prêt à se mettre au lit.Porter une robe très déshabillée, légère, qui laisse nue une partie du corps.Dépouillé de ses accessoires. || Une pièce déshabillée.
2 Littér. Sans défense.
8.2 N'avez-vous donc pas compris quelle immense amitié il fallait que j'eusse pour vous pour me permettre de vous dire tout cela, pour me montrer à vous si nu, si déshabillé, si faible, vous qui m'accusez d'orgueil ?
Flaubert, Correspondance, p. 335 (1851).
B N. m. (1627). || Un déshabillé.
1 Tenue légère portée par une femme dans l'intimité (surtout dans : en déshabillé). || Être en déshabillé, recevoir qqn en déshabillé. Négligé; cf. En tenue légère, en petite tenue.
9 Elle paraît ordinairement avec une coiffure plate et négligée, en simple déshabillé (…)
La Bruyère, les Caractères, III, 73.
10 (…) il est entré dans l'appartement de la dame qu'il a surprise endormie sur un lit de repos dans un galant déshabillé.
A. R. Lesage, le Diable boiteux, IX, p. 98.
11 Je ne crains rien tant dans le monde qu'une jolie personne en déshabillé; je la redouterais cent fois moins parée.
Rousseau, les Confessions, V.
12 Arrivée dans ce temple de l'Amour, je choisis le déshabillé le plus galant. Celui-ci est délicieux, il est de mon invention : il ne laisse rien voir, et pourtant fait tout deviner.
Laclos, les Liaisons dangereuses, lettre X.
Fig. Vieilli. Absence d'apprêt. Naturel. || En déshabillé : sans apprêt, sans protocole.
13 Je l'ai reçu carrément et dans tout le déshabillé franc de ma pensée.
Flaubert, Correspondance, t. II, p. 172.
2 Mod. Vêtement féminin d'étoffe légère plus luxueux que le peignoir ou la robe de chambre. Saut (de lit). || Un déshabillé de soie, de dentelle.
14 Un déshabillé de Chantilly noir, arachnéen, évoquait de scandaleuses nudités.
A. Maurois, Terre promise, VIII, p. 49.
CONTR. Couvrir, habiller, vêtir. — Garnir, recouvrir. — Dissimuler.
DÉR. Déshabillage, déshabilleur, déshabilloir.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Поможем написать курсовую

Regardez d'autres dictionnaires:

  • déshabiller — DÉSHABILLER. v. a. ter à quelqu un les habits dont il est vêtu. Déshabiller un malade pour le mettre au lit. Dites à mon valet qu il me vienne déshabiller. Déshabillez vous vous même. Allez vous déshabiller. Il se déshabille. f♛/b] On s en sert… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • deshabiller — Deshabiller. v. a. Oster à quelqu un les habits dont il est vestu. Deshabiller un malade & le mettre au lit. dites à mon valet qu il me vienne deshabiller. deshabillez vous vous mesme. allez vous deshabiller. il se deshabille. On s en sert… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • deshabiller — Deshabiller, oster l habit, Vestes exuere …   Thresor de la langue françoyse

  • DÉSHABILLER — v. a. Ôter à quelqu un les habits dont il est vêtu. Déshabiller un malade pour le mettre au lit. Dites à ma femme de chambre qu elle vienne me déshabiller. Prov. et fig., Déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul, Remédier à un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • déshabiller — (dé za bi llé, ll mouillées, et non dé za bi yé) v. a. 1°   Ôter à quelqu un ses habits. Déshabiller un enfant pour le mettre au lit.    Fig. Déshabiller saint Pierre pour habiller saint Paul, remédier à un inconvénient par un inconvénient pareil …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • DÉSHABILLER — v. tr. Dépouiller quelqu’un des habits dont il est vêtu. Déshabiller un malade pour le mettre au lit. Se déshabiller pour se mettre au bain. SE DÉSHABILLER se dit particulièrement d’un Ecclésiastique qui quitte ses vêtements sacerdotaux; d’un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • déshabiller — vt. , dévêtir ; dénuder : DÉZABLYÎ gv.1 (Annecy.003, Thônes.004, Villards Thônes), DÉZABLYI gv.3 (Albanais.001), dézabèlyé (Aix), dézarbilyè (Côte Aime), C. é dézablye <il déshabille> (003,004), é dézablyai (001) => Habiller ; dév(è)ti… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Déshabiller quelqu'un du regard — ● Déshabiller quelqu un du regard le regarder, de manière indiscrète, en l imaginant nu …   Encyclopédie Universelle

  • se déshabiller — ● se déshabiller verbe pronominal Enlever ses vêtements : Se déshabiller avant de se coucher. Enlever les vêtements que l on porte à l extérieur : Déshabillez vous avant d entrer au salon. ● se déshabiller (synonymes) verbe pronominal Enlever ses …   Encyclopédie Universelle

  • déshabillage — [ dezabijaʒ ] n. m. • 1804; de déshabiller ♦ Action de déshabiller, de se déshabiller. Le déshabillage des mannequins. ● déshabillage nom masculin Action de déshabiller, de se déshabiller ; fait d être déshabillé. ● déshabillage (citations) nom… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”